Articles

Comment s'est fait le porte à porte au Canada ?

Interview de Brandon, consultant politique et ONG au Canada, à Vancouver. Depuis plus de 10 ans, il intervient sur des sujets politiques et associatif au Canada. Nous avons parlé de la différence avec les États-Unis et comment Qomon l’aide au quotidien.

Aurelien Charrier
9/9/2022
7 min de lecture
Comment s'est fait le porte à porte au Canada ?

Le paysage politique au Canada

Le Canada est organisé selon trois grandes formes de gouvernement : la monarchie constitutionnelle, la démocratie parlementaire et la fédération. 

L'administration politique est divisée en trois niveaux : 

  • Fédéral (le gouvernement) : avec plusieurs grands partis, bien que jusqu'à présent, seuls deux d'entre eux aient formé un gouvernement : les libéraux fédéraux et le Parti conservateur du Canada. La situation actuelle est celle d'un gouvernement minoritaire où les libéraux ont le plus de sièges mais n'ont pas la majorité au Parlement,
  • Provinciaux (les différents États),
  • Municipal.

Chacun d'entre eux a ses propres caractéristiques, ses partis et ses spécificités. 

Alors que les niveaux fédéral et provincial ont leurs différents partis, la strate municipal n'a pas de partis, seulement des candidats. 

Quant aux provinces, chacune a sa propre législation, ses propres élections et différents partis politiques. Certains partis sont partagés entre les niveaux provincial et fédéral, tandis que d'autres n'existent qu'au niveau provincial.

Quelles sont les principales différences en campagne politique par rapport aux États-Unis ?

Bien que le Canada et les États-Unis soient proches l'un de l'autre, il subsiste des différences majeures dans le fonctionnement, la gestion des campagnes et de leur base électorale.

La principale différence est au niveau budgétaire. Au Canada, il existe des plafonds sur le montant qu'une personne peut donner à un parti (uniquement aux niveaux provincial et fédéral), alors qu'aux États-Unis, il n'y a pas de limite de dons. Les campagnes américaines peuvent accepter des dons anonymes, même d'un montant élevé.

Une autre différence entre les deux pays est le type de données dont ils disposent. Le Canada dispose de listes électorales comprenant les noms et les adresses. Pour les élections fédérales et provinciales, les numéros de téléphone sont souvent inclus. Aux États-Unis, en plus de recevoir toutes les informations que nous venons de citer, les candidats ont accès à des données démographiques, telles que l'origine ethnique, le statut d'immigrant ou les langues parlées par les électeurs. 

Enfin, les États-Unis ont un système bipartite à tous les niveaux : Républicain ou Démocrate à tous les niveaux : présidentiel, congrès, état, municipal et comté. Le Canada a ses propres partis pour et à tous les niveaux, bien qu'il y ait quelques partis communs. 

Il existe cependant des points communs entre le Canada et les États-Unis : d’une part les citoyens commencent à avoir confiance dans les mouvements populaires et prennent conscience du pouvoir qu'ont les individus pour faire changer les choses. D’autre part, le porte-à-porte dans les campagnes occupent une place importante.

"Le porte à porte peut certainement vous aider à gagner une élection."

Pourquoi faire du porte-à-porte pour atteindre vos électeurs ?

Selon Brandon, la prospection a fonctionné au Canada comme une balance entre cette pratique et l’utilisation d’appels téléphoniques, où l'augmentation de l'une a entraîné une diminution de l'utilisation de l'autre. 

Si l'on remonte dans le temps, aux années 90 et au début des années 2000, la tendance était de faire des appels téléphoniques pour atteindre les électeurs. À l'époque, les annuaires téléphoniques permettaient à tous, des particuliers aux campagnes politiques, d'accéder très facilement aux coordonnées des individus. Avec l'introduction des téléphones portables et des lois sur la protection de la vie privée, il est devenu difficile d'obtenir des informations sur les électeurs, surtout au Canada. Sans compter que les campagnes ne pouvaient plus se fier à l'intégrité des données qu'elles recueillaient, car les gens étaient plus susceptibles de mentir au téléphone. Le sondage téléphonique n'était plus une option viable.

Tous ces obstacles ont pris fin avec le retour à une pratique plus ancienne : le porte à porte. 

À partir de 2010, le porte-à-porte a fait son retour. Bien qu'il prenne plus de temps aux bénévoles, il s'est avéré plus efficace et les données recueillies se sont révélées plus fiables.

"En ce moment, il y a plus de portes accessibles que de numéros de téléphone".

Avec l'épidémie de COVID en 2020, les confinements à travers le monde et la distanciation sociale, le démarchage est devenu impossible mais les campagnes politiques ne se sont pas arrêtées pour autant. Pour combler le besoin, les campagnes ont commencé à utiliser des stratégies d'appel, de médias sociaux et d'emailing. 

Deux ans après le premier confinement lié à la COVID-19, tout revient à ce que nous appelions autrefois "la normale". Le porte-à-porte reprend et de plus en plus de partis politiques adoptent ce mode de mobilisation. 

Après plus de 10 ans d'expérience dans le domaine politique, Brandon affirme que "dans une campagne, vous volez à l'aveugle si vous ne faites pas de démarchage, avec seulement le numérique, les médias sociaux et les publicités, vous ne pouvez pas vraiment savoir où vous en êtes".

Que pense le Canada du porte à porte politique ?

La pratique du porte-à-porte existe au Canada depuis un certain temps déjà, les citoyens sont donc déjà habitués à cette pratique en période électorale. 

De plus, les partis politiques ont le droit légal de faire du porte-à-porte pendant les périodes électorales. 

"Le porte-à-porte est notre pain quotidien"

Action de porte-à-porte sur la plateforme Qomon

Et pourquoi utiliser Qomon pour le porte à porte ?

"Qomon, parmi toutes les autres applications de porte-à-porte politique, est probablement la plus facile à utiliser et la plus facile pour former nos bénévoles et militants."

"Étant simple, avec de grosses lettres en gras, certains de nos bénévoles sont plus âgés donc, pour eux, ils se sentent vraiment à l'aise avec l'application". Pour aider ces personnes à intégrer l'utilisation de l'application mobile sur le terrain, le parti a décidé d'organiser les volontaires par équipes, en associant les personnes âgées à une personne plus jeune qui avait déjà téléchargé et utilisé l'application Qomon. 

Concernant l'utilisation de la plateforme, en tant qu'administrateur principal, il déclare : "Pour moi, le back-end, l'extraction des données ou la mise en place du porte-à-porte étaient super faciles”. De même, lorsqu'il n'était pas disponible :

"Il me fallait 5 minutes pour former un nouveau volontaire à l'utilisation de la plateforme."

Même si au début, il envisageait d'utiliser Qomon uniquement comme une application de porte-à-porte, il s'est vite rendu compte que le produit intègre de nombreuses fonctionnalités dont ils auraient besoin pour la campagne, comme la base de données. 

Son directeur de campagne déclare ainsi que "cela permet de stocker la partie la plus précieuse de notre campagne, à savoir les données et c'est donc très précieux de pouvoir bénéficier d’outils terrains qui soient liés directement à son CRM, pour pouvoir l’alimenter et le modifier en temps réel".

Trucs & Astuces

Recevez les bonnes pratiques,
derniers articles et guides directement sur votre boîte email.

S'inscrire

Rester dans la boucle !

Les bonnes pratiques, nouveautés et guides directement dans votre boîte email.

Merci de votre inscription !
Vous allez recevoir un email pour confirmer votre inscription !
Oops! Something went wrong while submitting the form.

Passons à l'

Prendre RDV

Vous aimerez également lire